Un pourboire... pourquoi ?

Il est d'usage en Tunisie, en signe de remerciement, de donner un pourboire. Il est important de savoir qu'un pourboire n'est en aucun cas un bakchich, car cette pratique remonte à très loin dans l'histoire. Les berbères qui assuraient le commerce transsaharien, devaient donner quelques grammes d'or pour garantir l'arrivée à bon port de la marchandise confiée aux caravaniers. Vous pourrez observer vos guides ou vos chauffeurs, donner des pourboires aux personnes qui leur ont apporté un service. Ils ont toujours à disposition de la monnaie. Certains services rendus comme garer ou surveiller une voiture doivent être payés de quelques dinars. Ces services constituent le travail de personnes qui n'ont pas d'autre salaire. En Tunisie, refuser de donner des pourboires constitue un manque de respect et d'éducation. En Europe, la pratique du pourboire existe également mais elle est différente d'un pays à l'autre. En France et en Belgique, le service est toujours compris dans la facture mais une petite pièce est bienvenue. Le pourboire est systématique auprès d'une ouvreuse de cinéma ou de théâtre. En Suisse et en Espagne, le pourboire est laissé à la discrétion de chacun dans les restaurants, hôtels et taxi. En Irlande et au Royaume-Unis, les serveurs perçoivent des salaires si bas que tous les clients ajoutent à leurs règlements 10 à 15% du montant de l'addition. Selon la durée du séjour, de votre satisfaction, de vos possibilités et des services rendus, le pourboire varie de 10 à 15 % de la valeur du service.

Écrire commentaire

Commentaires: 0