A la découverte du Maroc

Nous vous proposons des formules "Clefs en main" que vous trouverez dans les rubriques :

  • Circuits dans l'Atlas
  • Circuits sur la côte Atlantique
  • Circuits dans le désert
  • Circuits des villes impériales

 

Nous vous proposons des formules "Sur-mesure", qui consistent à préparer un programme, ensemble. Vous m'adressez vos souhaits et contraintes via le formulaire de la page "Me contacter" et j'élabore une proposition.


Les points forts des vacances au Maroc

  • La grande diversité des voyages, de la découverte saharienne au grand trek de deux semaines, des oasis aux grandes dunes.
  •  Une véritable immersion dans le Grand Erg où une équipe, composée de véritables hommes du désert, vous fait vivre la culture saharienne de l’intérieur.
  •  Le rapport qualité-prix remarquable, avec un grand nombre de services en option.
  •  Une propre agence réceptive sur place pour vous servir encore mieux.

 

 


L'influence berbère

Ce qui est certain c’est son influence ancienne sur le commerce de toute la région. Ils ont ouvert les anciennes routes entre l’Afrique occidentale et l’Afrique subsaharienne. Des commerçants berbères étaient responsables de l’arrivée dans les villes du Nord de l’Afrique de produits provenant du plus loin du Sahara. À partir de là, ces produits là étaient distribués mondialement.

 

De nos jours, en plus des sources traditionnelles de subsistance, il y a un élément nouveau qui fait partie du financement des familles berbères : ce sont les revenus en provenance de l’énorme émigration existante en Europe, principalement en France.

"Berbère” est un nom donné par les Romains et qui signifie“ Barbares”. L’histoire du peuple Berbère en Afrique du Nord est vaste et diverse. Leurs premiers ancêtres se sont établis à l’est de l’Égypte. Il y a beaucoup de témoignages de textes grecs, romains et phéniciens qui font mention de cet ancien peuple. En réalité, Berbère est un nom générique donné à plusieurs groupes ethniques hétérogènes qui partagent des pratiques culturelles, politiques et économiques semblables.

 

L’Arabisation du peuple Berbère arriva en trois phases. La première phase était le contact initial avec les envahisseurs arabes au septième siècle. La deuxième phase commença avec l’arrivée des Bédouins au onzième siècle. La troisième phase d’Arabisation qui eut lieu entre le XVème et le XVIIème siècle, fut accélérée par l’arrivée des réfugiés d’Andalousie.

 

Contrairement à l’image romanesque populaire qui les dépeint comme des nomades qui traversent le désert à dos de chameau, leur véritable labeur fondamental est la pratique de l’agriculture sédentaire dans les montagnes et la vallée.

 

Ce qui est certain c’est son influence ancienne sur le commerce de toute la région. Ils ont ouvert les anciennes routes entre l’Afrique occidentale et l’Afrique subsaharienne. Des commerçants berbères étaient responsables de l’arrivée dans les villes du Nord de l’Afrique de produits provenant du plus loin du Sahara. À partir de là, ces produits là étaient distribués mondialement.

 

De nos jours, en plus des sources traditionnelles de subsistance, il y a un élément nouveau qui fait partie du financement des familles berbères : ce sont les revenus en provenance de l’énorme émigration existante en Europe, principalement en France.


La langue Tamazight

Tout au long des millénaires, la langue Berbère « Tamazight » a été intégrée à une trentaine de langues et à une centaine de dialectes, sans tenir compte des dialectes ou des langues, qui comme la langue Guanche des îles Canaries, ont disparu il y a longtemps.

 

Bien que la langue berbère soit essentiellement de tradition orale, les Berbères possèdent depuis au moins 2500 ans leur propre système d’écriture nommé libique-berbère ( Tifinagh en berbère) De nos jours, cet alphabet est utilisé par les Touaregs ;c’est un l’alphabet latin avec quelques modifications ou, le plus souvent l’alphabet arabe.

 

La société berbère est partagée traditionnellement entre des agriculteurs et commerçants. La culture des terres était considérée comme le travail des classes modestes tandis que les classes élevées étaient composées de commerçants. Normalement les groupes sédentaires payaient leurs tributs à un chef local appartenant à la classe des commerçants qui, en échange, les défendait. Cependant, avec le temps, ces groupes d’agriculteurs acquéraient une certaine accumulation de richesse alors que l’importance économique des routes commerciales décroissait. D’autre part, ces groupes se sont vus favorisés par les autorités coloniales et post coloniales au détriment du pouvoir traditionnel que les commerçants avaient eu.


Une architecture variée

Quant à leur architecture, elle est aussi variée que celle des pays qu’ils habitent. Une des plus criardes constructions est celle des Berbères qui vivent sur les collines du Jebel Nefusa. Ce sont des maisons souterraines taillées verticalement ou horizontalement dans le calcaire. Quelques-unes paraissent de simples grottes taillées dans les flancs de la colline. D’autres sont creusées profondément dans la terre avec un réseau complexe de chambres autour d’une fosse centrale qui sert de fontaine.

 

Quant à leurs croyances, depuis leur conversion à l’islam au septième siècle ( avant ils étaient majoritairement chrétiens ) ils sont des observateurs fidèles à cette religion, mais ne pratiquent pas le jeûne du Ramadan (ceux qui voyagent en sont exempts). Comme la majorité des adeptes de l’islam dans le Nord de l’Afrique plusieurs Berbères croient à la présence continuelle de plusieurs esprits ( djinns) La divination est réalisée au moyen du Coran. La grande majorité des hommes se sert des amulettes protectrices qui contiennent des versets du Coran.

 

Au Maroc, les Drawa Berbères habitent dans la région de la vallée de la rivière Drâa ; les Dades habitent dans le Rif marocain dans la région Nord- orientale du pays, au nord de Fez ; Le mot "Kabyles" qui veut dire "tribus", se référait à tous les Berbères. A présent, néanmoins, il se réfère aux Berbères qui habitent dans les montagnes Al – Quabail ; Les Sousis sur le haut Atlas occidental.


Sur place de A à Z... informations utiles, pratiques et diverses

Banques

Les banques sont ouvertes du lundi au vendredi, de 08h15 à 11h15 et de 14h15 à 16h00. Le taux de change est imposé à tous les établissements bancaires par les autorités marocaines. Il est d'environ 11,5 dirhams pour 1 euros. Dans les grandes villes, vous trouverez de nombreuses billetteries automatiques tant pour le retrait que pour le change.

Calèches

Spécifiques à Marrakech, c'est le moyen de transport, le plus caractéristique de cette Ville. Il faut s'entendre sur le prix, avant le départ.

 

Distances

Les distances entre les villes sont importantes, et le désert n’est pas "à côté" de Ouarzazate, et encore moins de Marrakech :

- Marrakech - Ouarzazate (route du col Tizin Tichka à 2300 m) : 200 km = env. 3,5h

- Ouarzazate - Mhamid (route de la Vallée du Drâa) : 250 km = env. 4h

- Mhamid - dunes de Chegaga (piste, véhicule 4x4 indispensable) : 62 km = env. 2h

 

Eau

Bien que l'eau soit potable à Marrakech, il est recommandé de boire de l'eau minérale. Vous trouverez des eaux plates (Sidi Harazem, Sidi Ali, Hayat, Ciel, Aïn Saïss) ou des eaux gazeuses (Oulmès, Bonaqua).

 

Formalités

Aucun visa est nécessaire pour un séjour au Maroc, pour les voyageurs de nationalité française. Le passeport est exigé pour les ressortissants de l'Union Européenne. Jusqu'à présent, les touristes ayant souscrit un forfait avec un tour-opérateur (de type tout inclus) pouvaient entrer au Maroc en présentant leur carte d'identité. Or, il s'agit d'une tolérance des autorités marocaines, car, selon la loi locale, il est obligatoire de présenter un passeport en cours de validité aux douanes du royaume chérifien. En cas d'accident, il est aussi impératif d'avoir un passeport sur soi pour être rapatrié dans les meilleurs délais. Enfin, pour changer de l'argent, les institutions marocaines ne se satisfont pas d'une simple carte d'identité. Ne partez pas au Maroc sans passeport !

 

Habitant : repas ou hébergement

Lorsque l'on est invité dans une famille marocaine, la tradition est d'apporter des cadeaux.

- Si vous allez partager le repas, nous vous conseillons d’apporter 2 paquets de sucre, 2 paquets de thé et 1 bouteille d'huile.

- Si vous êtes reçu pour la nuit, nous vous conseillons d'apporter également une boite de pâtisserie.

 

Météo

En hiver, il fait frais au lever et au coucher du soleil, et 20°C vers midi. A l'automne ou au printemps, les températures vont de 22 à 28°C au déjeuner. En été, les matins et soirs sont agréables, mais les températures montent entre 32 et 42°C vers midi.

Pour connaître la météo aujourd'hui...

 

Pourboires

Il est d'usage, en signe de remerciement, de donner un pourboire (5 à 10%) aux porteurs de bagages, aux femmes de chambres. Pour les chauffeurs, guides, chameliers ou muletiers qui accompagnent votre voyage, il est également d'usage de leur donner un pourboire. Selon la durée du séjour, de votre satisfaction et de vos possibilités, le pourboire varie de 50 Dhs à 200-300 Dhs. Certains services rendus comme garer ou surveiller une voiture doivent être payés de quelques dirhams. Il ne s'agit pas de pourboire : ces services constituent le travail de personnes qui n'ont pas d'autre salaire.

Exemple de pourboire à donner par voyageur :

- un chauffeur-guide pour un circuit de 5 jours : 500 Dirham minimum

- un chamelier - un cuisinier par jour d'accompagnement : 50 Dirham minimum

- une femme de ménage : 100 Dirham minimum

 

Taxi

Il existe deux catégories de taxis. Les petits taxis font les déplacements urbains pour 3 passagers maximum. Le prix varie entre 10 et 20 dirhams la course. Les tarifs sont majorés d'environ 50% à partir de 20h00. Les grands taxis collectifs ne sont pas équipés de compteurs. Ils circulent principalement sur les grands axes. Il est important de se renseigner sur les prix, auprès des passagers marocains avant de monter.